Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

Le CICNS est une ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU

La France à nouveau condamnée par la CEDH

Montpezat de Quercy - 01/02/2013 -16h15 (CICNS)   

La France en est à sa quatrième enquête parlementaire sur les « sectes ». Résultat à ce jour, dans le pays qui s’enorgueillit d’un modèle laïque unique garantissant la liberté spirituelle : quatre condamnations par la CEDH pour violation de l’article 9 sur la liberté religieuse. La première concernait les Témoins de Jéhovah, le 30 juin 2011 (Le Monde). Trois autres condamnations viennent de tomber, dont deux en relation avec le Mandarom (Le Monde). Ajoutons également que, sur un sujet connexe, l’ONU demande à la France de revoir sa loi du 15 mars 2004 sur le port de signes religieux au Lycée (ActualitésDroit20 mn).

Les décisions cinglantes de la CEDH devraient résonner comme un tocsin questionnant la pertinence de la lutte antisectes, une monomanie française que personne ne comprend à l’étranger (dans les démocraties dignes de ce nom s’entend ; d’autres nations, comme la Chine, se sont laissées séduire).

Les pouvoirs publics au sens large vont-ils comprendre ? Les plus grands doutes sont de mise. La lutte antisectes reste payante électoralement et constitue un excellent sujet de diversion. Les sénateurs de la dernière commission d’enquête ont retiré « subitement » (Tribune Paris) une demande d’immunité des membres de la MIVILUDES, se rendant probablement compte qu’une telle proposition méritait au moins, pour avoir une chance de passer, d’attendre la sortie du rapport final. Attendons donc le rapport final, mais admirons la haute idée qu’ont de la justice des magistrats comme Georges Fenech et Hervé Machi tentant avec application de s’y soustraire.  

Les officines antisectes (MIVILUDES, ADFI, CCMM), organes du gouvernement, vont-elles comprendre ?  Il ne faut pas y compter. Leurs responsables sont les principaux artisans de cette bérézina judiciaire et, fidèles à leurs discours dilatoires et faux-fuyants, ils évitent de réfléchir aux implications de ces condamnations. Georges Fenech rappelle que « cela n’exonère en rien ces mouvements d’une surveillance et ne remet pas en cause l’action de la France contre les mouvements présentant un danger sectaire » (Le Dauphine). Catherine Picard, présidente de l’UNADFI, évoque quant à elle, en guise d’exutoire à sa « stupéfaction », un prétendu viol commis par le leader spirituel du Mandarom pour lequel il n’a pas été condamné (Le Figaro). Quant à la MIVILUDES (Serge Blisko, son président, et Hervé Machi, son secrétaire général), elle « prend acte » de la condamnation de la France (L’Express). Ces organismes devraient être mis hors d’état de nuire, la MIVILUDES remplacée par un observatoire indépendant et compétent. Les subventions de l’Etat (plus de 90% de leur budget) à l’UNADFI et au CCMM doivent être stoppées (idem concernant la FECRIS, le pendant européen de l’UNADFI).

Les médias vont-ils comprendre ? Après l’épisode triste et burlesque de Bugarach, certains journalistes ont semblé se réveiller, mais les paupières sont visiblement lourdes. Lorsque des médias titrent « Sectes : la France condamnée… », ils imaginent bien – à moins d’une inculture sociologique préoccupante - qu’un tel titre génèrera une réaction d’indignation, étant donné le caractère très péjoratif et chargé du terme « secte ». Lorsqu’un journaliste demande à Georges Fenech : « Comment ces mouvements arrivent-ils à gagner de telles procédures devant la Cour européenne ? » (Le Dauphiné), il affiche son parti pris sur « ces mouvements » et si, d’aventure, il s’agissait d’un artifice pour aiguillonner Georges Fenech, c’est alors lui dérouler un tapis rouge. Idem lorsqu’un journaliste questionne Catherine Picard : « Ces décisions de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) vous heurtent-elles ? » (Le Figaro). Un fatras émotionnel hypocrite et pesant a remplacé la réflexion sur la question des « sectes ». Il serait temps d’en sortir. 

Contact : Service Presse du CICNS - Denis Mathieu - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net   Tous les communiqués de Presse du CICNS

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)