Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

La MIVILUDES souhaite publier une nouvelle liste noire de sectes en France

 

Montpezat de Quercy - 14/02/2009 - 17h00 (CICNS) 

 

Dans un article en date du 13 février 2009, le Parisien relate l'intention de Georges Fenech de publier une nouvelle liste noire de sectes. Le président de la MIVILUDES maquille sous des termes moins polémiques son intention persistante de discriminer les minorités spirituelles et les pratiques alternatives qualifiées de sectes. Ainsi l'expression "liste de sectes" est remplacée par "référentiel des mouvances et des pratiques témoignant de dérives sectaires". Seuls ceux qui souhaitent participer à cette pratique regrettable du fichage se laisseront convaincre par cet artifice de langage.

 

Notre association a amplement documenté l'impact sur la population concernée de la première liste de sectes de 1995. Des centaines de milliers de personnes honnêtes et sincères ont ainsi été qualifiées de personnes dangereuses ou victimes de manipulation (500.000 selon G. Fenech) sans avoir été entendues. Le président de la MIVILUDES clame son innocence et son indignation dans l'affaire de l'Angolagate (rappelons que six mois de prison avec sursis ont été requis à son encontre) ; il a apparemment une conception de la présomption d'innocence totalement différente pour ceux qu'il qualifie sans discernement de "sectes". Son initiative n'est cependant pas une surprise puisqu'il avait interprété à sa façon la circulaire de JP. Raffarin du 27 mai 2005 relative à l'action de la MIVILUDES et préconisant de mettre un terme à la pratique des listes. 

 

Il est réconfortant de constater, toujours selon l'article du Parisien, que le ministère de l'Intérieur s'est saisi de ce nouveau projet de liste pour le dénoncer et souligner la nécessité de cadrer l'action de la MIVILUDES. Ce désaccord ravive du reste le différend entre ce ministère, normalement en charge de la question des cultes, et la mission interministérielle, sur la question sectaire.

 

Le CICNS invite donc le Premier Ministre François Fillon et Madame Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, à prohiber sans ambiguïté et fermement toute liste de proscription. Seule une instance telle qu'un observatoire indépendant des nouvelles spiritualités devrait être habilitée à publier un "référentiel" sur des mouvements étudiés en respectant le contradictoire.

 

 

Contact : Service Presse du CICNS - Denis Mathieu - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net

 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)