Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

2012 : Qui, de la MIVILUDES ou des « New-Age » de Bugarach, est le plus « apocalyptique » ?

Montpezat de Quercy - 22/12/2010 -  (CICNS) -  

Le courant New Age aime s’approprier les prophéties les plus diverses. Celles associées au calendrier Maya ne font pas exception et, selon ce dernier, quelque chose devrait se produire autour de 2012 (certains ont fixé la date au 21 décembre 2012). La plupart des adeptes de cette prophétie voient ce changement de manière positive : ils parlent d’une transformation (et ne sont pas seuls à l’attendre !). Il n’y a, aujourd’hui, plus guère que la MIVILUDES pour traduire cela par « fin du monde ». Il faut bien faire tourner « la Mission ».

Quoi qu’il en soit, la lutte antisectes a fait son œuvre depuis assez longtemps pour que, dans le village de Bugarach, dans l’Aude, haut lieu de la culture New Age, les élus s’inquiètent.  Source 

 

Le maire semble en particulier relever une immigration d’un genre nouveau à l’approche de l’année fatidique : des personnes qui viendraient « se réfugier » dans le village. Pour fuir quoi ? Ils ne le disent pas mais les spéculations vont bon train. Les briefings alarmistes de la MIVILUDES note à l’attention des élus n’augurent jamais rien de bon et ils les subissent depuis des années.  Source 

 

Des pèlerins aux allures inhabituelles escaladent la montagne régulièrement pour méditer à son sommet. C’était toléré mais la crainte des élus locaux est maintenant de voir les lieux submergés par de nouveaux arrivants : « Je commence à me demander ce qui va advenir à l’approche de 2012 quand je vois que des gens s’installent ou réservent déjà des hébergements. Sans compter que l’on commence à subir une spéculation foncière et immobilière ! » Sans rire, le maire interroge : « Faudra-t-il, comme dans le film Rencontre du troisième type, faire venir l’armée pour canaliser l’affluence ? ». L’adjoint Gilbert Cros tient des propos identiques : « Bugarach, comme Rennes-le-Château tout proche, ont toujours attiré des farfelus en tous genres. Cela faisait partie du folklore. Mais avec Internet et cette histoire de fin du monde, ça prend une ampleur incroyable.  Source 

 

Comme souvent dans ce genre de déballage émotionnel, la peur tisse sa toile. Les mots « apocalypses », « suicides collectifs » circulent déjà et les médias adorent les faire circuler pour attirer le lecteur en mal de frissons et, par voie de conséquence, alimenter la phobie des minorités spirituelles.  

 

Et si tout cela n’était qu’un battage de plus pour justifier les crédits de la mission antisectes et ses descentes critiquées ?  

 

Au CICNS, nous avons observé l’engouement pour 2012 depuis quelques années et nous y avons surtout vu l’espoir d’un changement. Après tout, entre ceux qui font des piquets de grève devant les usines et ceux qui méditent au sommet du mont Bugarach, il n’y a guère qu’une différence de méthode. S’il est probable que certaines personnes y voient une occasion de parler de « fin du monde », la plupart des personnes qui évoquent 2012 espèrent simplement une transformation suffisamment profonde ou un réenchantement du monde.  

 

Ce genre d’individus n’est pas une menace pour les communes. Ce sont, au pire, des personnes qui ont perdu espoir dans le modèle de société dominant, au mieux des « créateurs de culture ». Et, sans la contre-publicité qui leur est faite par la scandaleuse et bruyante lutte antisectes à la française, l’attention pourrait être portée sur les vrais problèmes de société pour finalement sortir du marasme social.  

 

En 2012 ?  

 

Nous sommes prêts à parier que si un changement réel se produit, qu’il vienne de Bugarach ou de l’Élysée, il sera bien accepté par tout le monde. Et la MIVILUDES sera alors la seule à regretter qu’il n’y ait pas eu d’apocalypse.  

 

Note : Le Figaro « Ce 21 décembre 2012 est loin d'être pris à la légère par la Miviludes. Trente mouvements apocalyptiques recensés en France et rassemblant 30 000 membres vont être dans le collimateur de la mission. Cette dernière a récemment appris que des excavations dans les Pyrénées étaient transformées en habitation et que des yourtes y faisaient leur apparition. « Le passé nous a appris que ce genre de croyance pouvait mener à des tragédies », rappelle son président, Georges Fenech. La plus effroyable remonte à plus de trente ans : en Guyana, 914 membres de la secte du Temple du peuple s'étaient suicidés. Parmi eux, 276 enfants. « Il n'y a pas lieu de paniquer, mais d'exercer une vigilance : des gens peuvent être entraînés dans des aventures sans lendemain », recadre Georges Fenech. En avril prochain, il remettra un rapport au premier ministre sur ces mouvements apocalyptiques. Un travail destiné à avertir l'opinion publique sur tous les dangers et arnaques possibles. Une mise en garde plus que jamais nécessaire tant le phénomène enflamme toute la planète Source

 

Contact : Service Presse du CICNS - Denis Mathieu - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net   Tous les communiqués de Presse du CICNS


 

 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)