Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

Les dérapages verbaux du Président de la MIVILUDES

Montpezat de Quercy - 29/11/2008 - 14h00 (CICNS) 

 

Le 19 novembre 2008, Georges Fenech était invité par le journaliste Paul Vermus à un débat autour de l'intégration et des sectes. Le nouveau président de la MIVILUDES a notamment déclaré (VSD) : "Si je vous donne le nom des sectes que j’ai dans le collimateur, j’ai droit sur l’heure à un procès… Pas évident de mettre cinq cents sectes et communautés sous surveillance, cela concerne cinq cent mille personnes, dont quatre-vingt-cinq mille enfants."

 

Ces propos extrêmes de Georges Fenech, qui dirige une mission interministérielle directement sous l'autorité du Premier Ministre, auraient dû alerter l'opinion, qu'elle soit issue du monde médiatique, politique ou intellectuel. Envisager de mettre sous surveillance près de 1% de la population française est irresponsable et constitue une escalade de plus dans la lutte antisectes à la française. Le CICNS, par son travail d'investigation auprès de chercheurs, de juristes et d'acteurs sociaux divers, a amplement montré que l'action de la MIVILUDES est une mauvaise réponse à une question mal posée. Poser correctement la question, et y répondre, passe par la création d'un Observatoire indépendant des minorités spirituelles.

 

Ces paroles indignes sont la marque attristante d'une société malade de sa laïcité, utilisée en simple paravent à l'intolérance, et dont certains hauts fonctionnaires ne conçoivent la cohésion sociale qu'à travers des mesures de surveillance et de répression.

 

Notre association déplore ce nouveau dérapage et demande au gouvernement d'adopter une démarche responsable de connaissance sur la question desdites dérives sectaires.

 

 

Contact : Service Presse du CICNS - Denis Mathieu - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net

 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)