Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

Le rapport 2007 de la MIVILUDES ou le pathétique combat d'arrière-garde de la lutte anti-sectes

Montpezat de Quercy - 03/04/2008 - 15h00 (CICNS) - Le rapport 2007 de la MIVILUDES donne à cette mission une occasion de se racheter une crédibilité à grand renfort de fractures de portes ouvertes et de redites éculées sur l'hypothétique fléau des sectes. Son contenu cherche à masquer la grande difficulté de cette officine à trouver des raisons de poursuivre une bataille inutile, illégale et coûteuse pour tout le monde. 234 pages qui ressemblent à un copié-collé des accusations lancinantes et généralement sans fondement à l'encontre de cet ennemi fantasmagorique que constituent "les sectes". On retrouve cette poudre aux yeux, ces formules incantatoires et ces amalgames qui font de la lutte anti-sectes un véritable exemple de manipulation mentale. Il n'est pas un argument qui ne puisse être démonté par un lecteur raisonnable (nous reprendrons prochainement en détail le contenu de ce texte affligeant sur notre site).

Au-delà des arguments, les chiffres donnés sont, eux-mêmes, des spéculations, les procès n'existent pas ou se soldent le plus souvent par des non-lieux, les atteintes aux libertés individuelles peuvent être décelées dans presque toutes les pages et la dérive démocratique que constituent ces attaques répétées aux croyances de la part d'un organe du gouvernement est, en elle-même, une occasion de s'alarmer sérieusement. Cette orientation fatigante de notre laïcité est devenue objet de dérision ou d'effroi chez les personnes pour qui la démocratie a encore un sens.

Cette année, quelques thèmes surgissent, comme les "faux souvenirs induits" (un sujet de vigilance à retourner aux associations anti-sectes quand elles interrogent leurs apostats), le diable, une valeur sûre, est aussi de la partie puisque le satanisme refait son apparition. Les "drogues exotiques" viennent apporter une touche nécessaire à ce tableau qui repose sur les épouvantails habituels. M. Roulet, Président de la MIVILUDES, s'en prend également à ceux qui critiquent sa "mission", n'oubliant pas, au passage et comme le veut la tradition, d'associer subrepticement le CICNS à la Scientologie dans une pitoyable tentative de discrédit qui ne trahit que la pauvreté des arguments de l'anti-sectarisme à la française. Il s'émeut aussi de voir que des universitaires puissent "relayer" les propos de notre association, n'ayant pas compris que c'est plutôt le contraire qui se produit.

Les faux chiffres de la commission parlementaire sur les mineurs et les sectes n'ayant curieusement alarmé personne, Bernard Accoyer fait dans la surenchère et clame qu'il existe des "centaines de milliers de victimes de groupes sectaires". Si nous étions aussi peu sérieux que lui, nous reprendrions ce chiffre pour dénoncer la cohorte des victimes de la chasse aux sectes dont nos archives portent témoignage.

Mais que veulent-ils donc réveiller avec leurs vieux démons ? N'ont-ils pas compris que la recherche du sens de la vie est un élément indissociable de l'existence humaine et que leur combat, s'il arrive parfois à faire frémir les populations, ne parviendra pas à éradiquer ce désir impérieux et sain de l'homme à se connaître lui-même ? L'équipe du CICNS n'est pas enfermée dans un bureau cossu, elle travaille directement sur le terrain et constate de visu la dérive dramatique de cette lutte anti-sectes qui, en plus d'être impuissante à traiter de la question des dérives véritables, a produit des effets désastreux dans notre population, en terme de rumeurs, de divisions, de drames humains malheureusement inaudibles parce que personne, ni les pouvoirs publics, ni les médias, ne leur donne la parole.

Un texte aussi désolant que le rapport de la MIVILUDES de 2007, plutôt que susciter le désespoir, ne peut que stimuler les défenseurs des libertés individuelles et inciter tous les citoyens concernés à rassembler leurs énergies pour défendre la liberté de religion et de conviction dans notre pays.

Contact : Service Presse du CICNS - Valérie Dole - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)