Communiqué de presse du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

Quand la protection des enfants devient un outil abusif de lutte généralisée contre la "délinquance" 

Montpezat de Quercy - 01/03/2006 - 16:40 (CICNS) - Ces dernières semaines, le Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS) a noté plusieurs faits troublants concernant la protection de l'enfance, laissant penser que les débordements de l'affaire d'Outreau ne semblent pas servir de leçon. En effet ce sujet, fédérateur par excellence, reste une arme de choix dans la lutte contre les "dérives sectaires".

Malgré le peu d'infractions réelles imputables à l'appartenance à un mouvement spirituel, le site internet du Ministère de l'Intérieur contient cette affirmation "en cas de conflits avec les sectes" : "Les lois de protection des mineurs sont les plus efficaces pour lutter contre les agissements des sectes."

Par ailleurs, le 30 mars 2006, se tiendra à Saint-Priest un rassemblement du Groupe d'études sur les sectes de l'Assemblée nationale sur le thème "Les sectes aiment les enfants". Ces formules à fort pouvoir émotionnel ne sont-elles pas brandies pour masquer l'absence de véritable recherche sur la question ? (Voir le projet de Commission d'Enquête Citoyenne pour la liberté spirituelle en France du CICNS.)

Grâce à une récente expertise Inserm sur "Le trouble des conduites chez l'enfant et l'adolescent", il semble que se dessine une cause probable de cet acharnement contre les minorités spirituelles (appelées "sectes" dans le langage médiatique). En effet, il y est indiqué que la protection des mineurs reste la propriété exclusive des tendances officielles de la médecine et de la santé.

Les propositions de cette expertise visent à dépister dès les trois premières années de leur vie les enfants dont l'" instabilité émotionnelle (impulsivité, intolérance aux frustrations, non maîtrise de notre langue) va engendrer cette violence et venir alimenter les faits de délinquance ". Ainsi, sous couvert de " caution scientifique ", des pratiques de soins dans le champ pédopsychiatrique seront instrumentalisées à des fins de sécurité et d'ordre public.

Le CICNS voit dans ces faits alarmants la tendance de moins en moins masquée à mettre en place des lois liberticides et à généraliser la dénonciation d'une "délinquance" basée sur des critères ne laissant plus aucune place à la liberté d'opinion.

Contact : Service Presse du CICNS - Valérie Dole - 06 34 11 49 58 - Presse@cicns.net - http://www.cicns.net

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)