Courrier à Laurent Wauquiez, secrétaire d'État.

Le 23 septembre 2009, M. Laurent Wauquiez évoque une « traque impitoyable » contre les sectes devant le Sénat.  Source Source 2

À l'attention de Laurent WAUQUIEZ

Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi

139, rue de Bercy
Télédoc 536
75572 PARIS Cedex 12

 

 

  

Montpezat de Quercy, le 20 octobre 2009

  

Monsieur le Secrétaire d'État, 

Notre association, Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités, est active depuis 5 ans dans le domaine de la défense des libertés individuelles et pour une laïcité ouverte et non répressive.  

Nous avons noté votre voeu de « rester un citoyen comme les autres » et de « moderniser la communication gouvernementale ». Nous sommes donc très surpris de la violence de vos propos dans le cadre de la polémique autour de la disposition législative qui aboutissait à interdire la dissolution d'un groupement sectaire.  

Des expressions comme « traque impitoyable des sectes », en plus d'être en décalage avec la volonté affichée du gouvernement de ne plus « lutter contre les sectes » mais contre les « dérives sectaires » (vous devez comprendre les dérives potentielles de telles formulations), donnent l'impression d'assister à un mauvais western dans un débat déjà fortement biaisé et que de nombreux "citoyens comme les autres" attendent de voir abordé de manière moins manichéenne.  

Nous espérons que vous nous confirmerez qu'il s'agit d'un dérapage de langage et que vos intentions étaient tout autres. Nous ne pouvons croire en effet que vous ayez eu recours à des propos démagogiques à l'intention de l'opinion publique, déjà désinformée sur le sujet, ou d'une classe politique ou une autre qui attendrait de voir le gouvernement accentuer le mode répressif déjà en place et critiqué de toute part hors de notre pays (voir notre intervention à l'OSCE en pièce jointe).  

En espérant que vous voudrez bien prendre connaissance de nos travaux, nous espérons obtenir confirmation de votre part que le gouvernement, dont vous êtes l’ancien porte-parole, est résolu à aborder les problèmes de société avec sérénité.   

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Secrétaire d'État, l'expression de notre très haute considération. 

La Présidente du CICNS 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)