Le CCMM

Le CCMM, Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations mentales, a été fondé en 1981 par Roger Ikor. 

Nous publions ci-dessous quelques citations édifiantes, extraites d'articles (Lire ici) ou de discours de Roger Ikor dans les années 1980, qui nous semblent parler d'elles-mêmes au sujet de la vocation de cette association. 

Roger Ikor est décédé en 1987. Le CCMM a tempéré ses propos depuis, mais s'est à nouveau fait remarquer en 2001 pour des questions financières (comme l'obtention de subventions du cabinet du Premier Ministre pour que l'association s'achète un nouveau centre). 

Avec l'arrogance habituelle des activistes anti-sectes, le CCMM est actuellement, selon ses dires, en train de faire une "étude" sur le CICNS (qui, n'en doutons pas, est déjà coupable d'exister dans leur esprit. Une "étude" qui ressemble à celle des virus, avec lesquels il ne saurait être question de communiquer, bien sûr). L'association a déclaré récemment à la MIVILUDES que notre centre faisait l'objet d'une "vigilance" de leur part. 

Le CICNS a heureusement, et avec la conscience de l'urgence, été créé pour que la "vigilance" soit moins unilatérale. A défaut d'avoir encore pu créer un véritable équilibre dans le débat (bien difficile à instaurer à cause de vingt années de désinformation), le CICNS offre au grand public et aux médias une alternative aux propos d'une chasse aux sorcières inspirée par le rationalisme primaire et les abus de pouvoir mécaniques d'une autorité en quête de boucs émissaires.

 



Les cahiers rationalistes, décembre 1980, n°364 :

" A l'origine de toutes les sectes, vous trouverez cette demi-douzaine là, qui d'ailleurs sont quelquefois une douzaine pleine, si vous voyez ce que je veux dire. Quant au Père Fondateur, celui qui les persuade ... mais nous y reviendrons.. ".

" A la vérité, ce qui frappe, plus que les différences théoriques (?) entre les sectes, ce sont les traits communs. Neuf fois sur dix, vous avez un Père Fondateur, un bonhomme qui s 'avance sur le devant de la scène et proclame avec conviction : "Moi, je suis le Fils de Dieu. J'ai reçu la révélation". En somme, Dieu lui a parlé de derrière un pilier, ou dans une grotte, ou près de ses moutons. Variantes possibles, au lieu d'être le Fils de Dieu, il en est le Messie, ou au minimum le Prophète. [...] De vous à moi, sur tous ces points, on trouverait d'illustres précédents, Mahomet, le Christ, Moïse... " ... " Alors quand le temps sera ainsi venu, ce sera le paradis, et le Maître à penser sera devenu le Maître du monde - petite nuance ; ou peut-être qu'il deviendra le Maître du Monde pour instaurer le paradis. Vous voyez, nous sommes en plein dans les bandes dessinées pour enfants débiles, "je suis le Maître du Monde... enfin je le serai"

" Une grande divergence entre les sectes tient à l'origine du Père fondateur. Le Christ de Montfavet, qui était facteur à Montfavet, employé des postes, oui, plaçait évidemment le nouveau nombril du monde près d'Avignon, tout comme le Christ n°1 l'avait placé à Jérusalem. "

" J'en viens maintenant enfin à l'endoctrinement. Considérons d'abord qu'un illuminé ne suffit pas à fonder une secte ; ou plutôt il ne suffit pas à la faire prospérer. L'intervention d'un malin est en général nécessaire. Moïse avait été flanqué de Aaron, Jésus-Christ exploité par Saint-Paul (après sa mort, mais il n'importe). Mahomet nous présente un autre cas de figure : il trouve moyen, lui, de joindre en lui-même l'illuminé et le malin. Hitler aussi, d'ailleurs. "

" Oui, il n'y a pas, entre une secte et une religion, une différence de nature, ou plutôt de principe ; il n'y a qu'une différence de degré et de dimensions. " ... " Si nous nous écoutions, nous mettrions un terme à toutes ces billevesées, celles des sectes, mais aussi celles des grandes religions."

Le Matin 26/01/81 :

" Il faut cogner, détruire ces sectes qui pullulent sur notre pourriture. Quand suffisamment de gens iront mettre les locaux des sectes à sac, ils (les pouvoirs publics) remueront sans doute "

Le Matin 05/02/81 :

" On ira foutre la merde dans ces antres de mort que sont les sectes. Flanquer en l'air les restaurants macrobiotiques, les centres Krishna et autres."

" Si l'on admet qu'il faut les combattre (les sectes) parce qu'elles sont néfastes, alors qu'il faut les combattre résolument comme on combat sur un champ de bataille un ennemi dangereux, sans se laisser paralyser par un excès de scrupules, par des interrogations incessantes au niveau des principes. L'enjeu est trop grand pour autoriser la mollesse et l'indulgence. Et les impératifs de cette lutte-là sont à placer assez haut dans la hiérarchie des valeurs, parfois même au-dessus du respect de la liberté, nous sommes sur le plan des actes, non plus seulement des pensées. " Je porte plainte, p. 98

Mme Drogulovicz (membre du CCMM) le 15/5/97 lors d'une conférence anti-sectes à Courbevoie :


" L'information passe par une sorte de délation positive nécessaire. "

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)